Économie italienne

En tant que membre du G8, l’Italie est classée sixième puissance économique mondiale après les USA, Japon, Chine et l’Allemagne.

L’Italie est la première exportatrice de produits de luxe à travers le monde entier. Il est nécessaire de préciser que les régions situées au nord du pays comme la Lombardie, la Vénétie sont ceux qui ont le PIB par habitant le plus élevé de l’Union Européenne avec 31 180 dollars.

Les fondamentaux de l’économie italienne

Le PIB brut est de 2 051 milliards de dollars. La balance commerciale du pays reste positive. Et de nombreux secteurs sont très porteurs en...





Italie. À savoir celui de l’automobile dominé par le constructeur FIAT, les importations, l’énergie avec les différents gisements de gaz naturel et ressources en hydro-électricité. De plus, l’Italie est une des destinations touristiques les plus visitées dans le monde où elle est classée 4ème destination touristique mondiale et 2ème ville après Paris.

Les succès de l’économie italienne

Nombre important de petites et moyennes entreprises (PME)

Comme dans les pays européens, les petites et moyennes entreprises (PME) ont un taux très élevé, en particulier dans la partie nord du pays, en Vénétie. Ces dernières participent largement à la notoriété des produits et savoir-faire italiens.

Agriculture de haute intensité et de qualité

L’agriculture à haute intensité se présente au nord de l’Italie, la plaine du Pô, dans les régions du Mezzogiomo, la Campanie et la Sicile. Elle produit beaucoup et se diversifie davantage. La qualité des produits n’est pourtant pas en reste.

Tout récemment la filière agroalimentaire a pris sa place pour mieux répondre aux besoins des consommateurs. Celle-ci permet aussi aux entreprises de générer plus de revenus.

Dès 1980, l’industrie italienne est devenue l’une des plus puissantes dans le monde.

Les défauts de l’économie italienne

Contrastes économiques régionaux importants

L’économie italienne est marquée par des contrastes régionaux très remarquables. La partie nord est riche, active, le secteur tertiaire et la politique y sont très prisés. Tandis que dans le sud, l’économie rurale règne, le taux de chômage s’élève jusqu’à 14% et la mafia est omniprésente.

Une économie de petites entreprises

La majorité des entreprises italiennes sont des micros entreprises qui traversent souvent des crises et qui ne permettent pas à l’économie de se développer de façon continue. Cela est dû au fait qu’elles ne sont pas d’envergure internationale. De plus, l’économie d’échelle est faible. Il en est de même pour la productivité de chaque travailleur.

Le capitalisme familial

Aussi, le capitalisme familial est toujours présent dans une grande partie du pays. Ce qui entraîne l’absence de la confiance des investisseurs étrangers freinant le développement de PME pour affronter la concurrence internationale.

Merci de partager à vos amis!Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter