Généalogie italienne

L’Italie est un grand état qui a connu à plusieurs reprises des tournures historiques importantes. Depuis 1861, date à laquelle fût proclamé le royaume italien, puis 1871 où Rome devient la capitale du pays, les italiens commencèrent à conserver les archives généalogiques.

L’état civil existe depuis 1866, et deux exemplaires peuvent...





être consultés : l’un au tribunal et l’autre à la mairie. La mise en place de l’état civil a été suivie par l’établissement de deux autres registres : le Registre di populazion, qui utilise un recensement par maison pour comptabiliser les habitants ; et le Registre d’émigration dans lequel on note les personnes qui ont quitté la commune avec leur famille.

Avant 1866, on utilisait des registres (de naissance, mariage, décès) conservés dans les paroisses, et dont des doubles sont répertoriés depuis 1820 aux archives diocésaines. Parmi ces registres, le State Delle Anime (recensement des paroissiens par maison) s’avère un outil très utile pour retracer les évènements d’une famille (décès, migration…). Il existe par ailleurs des registres de dispenses de consanguinité qui sont conservés à l’évêché.

En bref, la conservation de ces registres nous prouve que l’Italie s’illustre en matière d’histoire depuis l’antiquité, et garde encore les traces sur les italiens d’autres fois, pour nourrir l’histoire et apaiser ceux qui recherchent leurs racines au pays des Romains.

Merci de partager à vos amis!Share on FacebookTweet about this on Twitter