Comment trouver ses ancêtres italiens

Il est beaucoup plus facile pour une personne qui réside en Italie de retrouver ses ancêtres italiens que pour une personne qui réside à l’étranger. Comment faut-il procéder pour trouver les ancêtres italiens?

Commencer par une recherche sur Internet

En principe, il suffit de taper le mot « genealogia » sur le moteur de recherche Google italien pour que celui-ci présente une liste de sites, de blogs, de sociétés, de professionnels qui peuvent aider dans la recherche...





d’ancêtres en Italie. Certains sites comme geneaita.org sont par exemple très efficaces et ont satisfait un grand nombre d’internautes.

Il existe aussi le portail Antenati qui est géré par les autorités italiennes, dont le but est d’aider les personnes qui veulent rechercher leurs ascendants italiens.

Consulter les registres de l’état civil italien

Lorsque les recherches sur Internet n’aboutissent pas, mieux vaut se déplacer en Italie et consulter les registres de l’état civil italien qui sont accessibles dans les mairies et les tribunaux. En toute logique, il faut avoir un point de départ, comme le nom de la ville où les ancêtres en question sont supposés avoir vécu.

Consulter les registres de population ou l’anagrafe

En Italie, les municipalités recensent continuellement la population qui est en résidence légale sur le territoire. Les registres sont tenus sur la base des noms des chefs de famille et les archives peuvent être consultées à condition d’avoir au moins une référence pour commencer les recherches.

Consulter les registres paroissiaux et les archives des notaires

D’un côté, les registres paroissiaux peuvent être d’une grande aide pour retracer l’histoire des ancêtres italiens dans la mesure où depuis l’année 1563, les prêtres ont été obligés de tenir des registres pour tous les évènements qui se déroulent dans les paroisses, comme les mariages, les baptêmes et les enterrements. D’un autre côté, les archives des notaires permettent de retrouver des personnes qui ont vécu avant le Concile de Trente. Les archives des notaires sont consultables dans les archives d’État.

Merci de partager à vos amis!Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter